Menu & Recherche

Francophonie: to be or not to be

4 février 2017

3 février 2017.  Stupéfaction, le peuple français découvre le slogan de candidature de la France aux jeux olympiques 2024 : « Made for sharing ».

Heureusement  dans cette campagne internationale qu’il reste la Tour Eiffel pour s’ériger en symbole de notre culture car il ne faudra pas espérer brandir l’étendard de la francophonie. Si on l’emporte, on aura gagné le Saint Graal, mais on en aura perdu notre latin..

Prions pour que les dieux grecs nous viennent en aide…

Bonne année

19 janvier 2017

Une nouvelle année se dessinait.
Qu’allions-nous en faire
De bonnes résolutions en vœux les plus chaleureux et même les moins,
Elle s’amorçait toutefois sous d’austères auspices.
Les ambitions de nos flamboyantes élites s’amoncelaient sur l’autel de l’austérité
La raison s’était engouffrée dans une profonde léthargie.
Cloitrée dans une pétrifiante sidération, la vie se poursuivait, le monde s’agitait dans un ballet funeste des titans.
Du haut des astres mirifiques, l’on pouvait distinguer sur terre une fébrile lueur qui scintillait, vacillante.
L’homme, le dos vouté et la main posée sur la tempe, réfléchissait.
Dans un sursaut téméraire il s’aventurait parfois dans la plaine dévastée.
Sur les murs abîmés, on pouvait lire parfois, timide, une flamboyante devise tracée à la craie par un « messager » :
«Tes vœux enfin tu chériras ainsi que ton prochain »
Enivré comme aux premières lueurs du bonheur, chacun se faisait la promesse solennelle d’honorer ses souhaits de bonne année
Personne n’avait lu le joli message, par le rythme effréné du temps empêché.

Janvier était à son firmament.

En février, ne restait plus de ces brèves congratulations, qu’un gigantesque feu de joie qui crépitait jusque dans l’au-delà. Il se répandait en de torrides charbons ardents.

Personne ne sembla en être dépité, par l’affliction bercé depuis tant de temps.
Aux belles promesses se succédèrent à nouveau les paroles non tenues et les envoutantes mélopées de la tentation
Les arrogantes propagandes se répandaient, insolentes, aux frontons des enceintes des belles avenues et jusque dans les ruelles obscures où pourtant, personne ne s’aventurait plus.
Les ambitions mal nées s’affichaient sans qu’elles ne sombrent sous le poids de la honte
Bref, tout recommençait, comme avant.
La planète elle, allait toujours péniblement de chocs en chocs.

C’était sans compter sur les mains généreuses d’une foule nombreuse, courageuse,
Qui reconstruisait, bâtissait, tout simplement sans qu’elle n’y fut obligée.
Nul besoin d’être remerciée et honorée, elle agissait et pour elle,  dire
« Je te souhaite une belle année » tenait bien moins d’un usage que d’une sincère fraternité.

Foin de longues litanies, les bonnes âmes entre elles se reconnaissant, l’humanité continuerait d’avancer et ceux qui souffraient, d’être à chaque fois que ce peut et par la bonne grâce, soulagés et aimés.

N’oublions jamais.

Bonne année.

Les élections américaines et de ses effets pour la France

11 novembre 2016

Voilà c‘est fait. Pour ceux qui étaient convaincus qu’une dame serait élue présidente aux Etats-Unis, la douche est froide. Nombreux sont ceux qui ont osé se mentir sur ces résultats, il eut fallu être plus à l’écoute du peuple américain pour les anticiper. La tyrannie organisée des sondages s’est effondrée tel le bonhomme de neige sous les assauts de l’ébullition de l’attente des peuples. Voir pour voir, ces derniers ont vu. (suite…)

« Vous n’aimez pas la France » – Lettre à la dame du Ministère

18 juin 2016

Madame la responsable du Pôle,

Chère amie,

Je tenais à vous remercier d’être venue assister à notre assemblée, jusqu’à votre venue.

Vos représentants dans leur grande bonté ont autorisé cette mission de haute volée puisqu’il s’agissait de rencontrer nos compatriotes.

J’aurais pu en être honorée. (suite…)

Ouverture du blog

15 avril 2015
juillet-2015-012

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai longtemps tardé avant de m’adresser à vous pour moult raisons que j’évoquerai. S’il est toujours temps de le faire pour ainsi dire jamais trop tard, il est toutefois, des moments impérieux.

Taper votre recherche et Entrée pour lancer la recherche